6

Accueil
Actualités
Archives
Principauté
Nos princes
Littérature
Beaux-arts
Polémiques
Courrier
Journal
Nomenklatura
Contact

Archives 1
Archives 2
Archives 3
Archives 4
Archives 5
Archives 6
Archives 7
Archives 8
Archives 9
Archives 10
Archives 11
Archives 12
Archives 13

Archives 14
Archives 15
Archives 16
Archives 17
Archives 18
Archives 19
Archives 20
Archives 21
Archives 22
Archives 23
Archives 24
Archives 25
Archives 26

 

Le maniaque de Maharsa a encore frappé...
Dernières minute : un suspect en garde à vue. Voir plus bas...

La Santa Maria, la chevrière en chef que le monde entier nous envie et qui, faut-il le rappeler, est à notre bon Prince, Jehan Louy II, ce que Jeanne d'Arc fut en son temps au roi Charles VII, vient d'être l'objet d'une lâche agression par un exhibitionniste.

Aux dires de l'intéressée et selon le rapport qui a été immédiatement rédigé par les autorités de la Principauté et dont j'ai pu obtenir une copie, elle poussait gentiment son troupeau de chèvres devant elle, quand soudainement, à l'approche du cloup des poubelles, "un individu" - je cite - "aux cheveux en brosse, d'une quarantaine d'années environ"(1), lui a présenté "sa banane en l'agitant devant lui" - of course - mais surtout devant elle...
   Dans un premier temps, surprise, notre Santa Maria nationale a cru à une erreur de destination mais a dû se rendre à l'évidence : c'est bien elle qui était visée...
   Saisie d'une froide détermination, tel G.B. Bush sur le point d'affronter les Irakiens, ou Sarkozizi les profs en colère, elle a aussitôt menacé l'individu en question de le faire courser par ses chiens et a vigoureusement poursuivi l'exhibitionniste de son bâton tout en l'injuriant copieusement.
   Devant cette froide détermination, et comprenant qu'il n'y avait rien à en tirer, l'homme a effectué un repli stratégique en agitant "sa banane" dererechef dans la direction de notre pauvre amie puis, montant dans sa voiture, il a pris la fuite... Notre amie, encore toute émue, et faut-il le dire un peu essoufflée, n'a malheureusement pas eu le temps de relever le numéro minéralogique du véhicule, ce qui aurait grandement facilité la tâche de la police gamassonne qui, saisie de cette affaire, a immédiatement pris les choses en main, et commencé une enquête de terrain.

   A l'heure actuelle, et après les premières constatations effectuées sur le site de l'agression, il apparaîtrait que l'individu se serait replié sur Maharsa E-Charif, où il semblerait bénéficier de complicités, voire d'une base de repli...
   Un portrait robot de ce maniaque est en cours d'élaboration et devrait pouvoir être diffusé rapidement dans tout le canton de Limogne. Parallèlement à ces dispositions, le Prince a immédiatement ordonné la fermeture des frontières de la Principauté et le rétablissement des visas pour tous les étrangers patibulaires non résidents.
   Je ne manquerai bien évidemment pas de vous tenir informé de la suite de cette triste affaire au fur et à mesure du développement et de la progression de l'enquête qui devrait aboutir, selon nos estimations, dans les jours qui viennent avec l'arrestation et la mise à l'ombre de l'individu recherché par toutes les polices de la Principauté.

Clouzot de Panier
Inspecteur à la Brigade
des Moeurs dissolues.

 

  ________
(1) de toutes évidence, un déguisement

Sur les lieux du drame
En compagnie d'un interprète conduisant sa Tuyauta blanche marquée "TV", notre photographe est courageusement parti vers les lieux du forfait malgré l'insécurité qui semble y régner et après avoir signalé son trajet à l'APRONUC, la FINUL, la FORPRONU, la MINUAR, l'UNICEF, la KFOR, la SFOR, la Cour internationale de justice, le Conseil de Sécurité et l'organisation "Pétrole contre nourriture". Il en a rapporté cette photo accablante...

Le message d'un internaute. Je m'adresse au satyre du causse : Cher monsieur, Vous devriez avoir honte d'affoler les bergères et chevrières avec vos outils, alors que Mademoiselle Marcelle vous propose ses prestations à un tarif défiant toute concurrence ! Paix aux chevrières ! Sus à Mademoiselle Marcelle !

Le Burno


Dernière minute
Un suspect cloué au pilori :
La gendarmerie gamassonne vient de mettre en examen un suspect qui serait lié à l'affaire de moeurs dite "du cloup des poubelles". L'individu en question aurait été trahi par les communications interceptées sur son portable au sujet de sa passion avouée "pour les femmes intelligentes et à forte poitrine".
Malgré ses énergiques dénégations ("je ne correspond pas au signalement, je n'ai pas les cheveux en brosse, ou alors si peu") et la loi de la Principauté garantissant que "tout présumé coupable est présumé innocent", la garde à vue sous le joug du carcan administratif est maintenue pendant l'enquête.

Rebondissement au tribunal pénal national de la Gamassade
Un témoin à décharge se libère
Suite à la mise en accusation évoquée plus haut, un témoin de moralité (qui a préféré garder l'anonymat en déposant sa petite affaire à huis clos) s'est exhibé en soutane à la barre des faux témoins de la Haute Cour pour y décharger le suspect de toute responsabilité jusqu'à la dernière goutte. Il a invoqué la présomption d'innocence due au prévenu, ce dernier affirmant être "totalement étranger aux faits qu'on lui reproche" et qui pour cette raison "avait donc décidé de prendre du recul en se cachant quatre ans dans le maquis."

(Textes et photos Agence PACS Taprunak)

La police récompensée. La fierté se lit sur les visage ! Ils sont gendarmes intermittents au service de Sa Majesté. Ils ont eu assez de flair pour sentir mauvais le comportement de l'individu qu'ils ont pris en flagrant délit de désoeuvrement passif. Ils seront décorés de la Croix de Fer avec palmes, épines, faucilles et marteaux.


Lâche agression
Je voudrais apporter mon concours (de circonstances) aux recherches des limiers gamassons dans la susdite affaire d'exhibitionnisme qui émeut notre chère Principauté. J'avoue, cependant, ma perplexité quand j'apprends que la police gamassonne "a pris les choses en main". Si la police (dé)tient déjà les choses en questions, que ne les expose-t-elle pub(l)iquement afin de couper court (aux pendeloques y afférentes et) aux ragots et rumeurs qui ne manquent déjà pas de voyager sur l'Internénette ?
   Notre police serait-elle comme cul et chemise avec le satyre du causse ? Je souhaite que mes inquiétudes soient rapidement dissipées, et que la vérité (toute nue) éclate au grand jour !

Burnaud Gadget, Inspecteur stagiaire des Moeurs relâchées

Le laboratoire de criminologie et de peinture académique de la Principauté nous a mis en possession de ce portrait robot du possédé possible, tout juste sorti du vernissage subliminal. Ceci est un appel à témoin : quiconque croiserait cet individu présumé louche est prié d'avertir immédiatement la brigade anti criminalité gamassonne* en composant le 0899 999 999 (4 gamasse la minute).

* Heures d'ouverture de la BAC :
Du lundi au vendredi, de 9h30 à 11h30 et de 15h45 à 17h30.
Samedi, de 9h30 à 10h45. Fermé les dimanches et fêtes.


 

Agression ratée
Le témoignage du Duc de Montreuil

Je me dois de narrer une aventure qui fera sous peu la une de la gazette locale : alors que mon frère le Duc et moi-même devisions agréablement dans le carrosse nous menant hors des frontières de la principauté, nous vîmes brusquement apparaître à quelques encablures du palais au second détour du chemin, trois créatures aux mamelles bien fournies qui, au premier abord, nous interloquèrent ; l'âge aidant, le duc et moi étant un peu presbytes autant que casse-couilles, nous crûmes d'abord reconnaître certaines princesses de la cour dont, par pudeur, nous tairons ici les noms (et que des habitants de la Principauté - myopes peut-être - frappés par cette ressemblance vinrent saluer chapeau bas (cf. photo), avant de nous rendre tous compte qu'il s'agissait de dangereuses vestales dont nous n'eûmes alors aucune hésitation à reconnaître la provenance, ce que le Duc mon frère expliquera par la suite. Aussitôt que fut reconnue l'erreur due à la ressemblance avec lesdites princesses, notre population comme nos esclaves et toutes les forces de la nation vinrent aussitôt à la rescousse et, sous notre vigoureux commandement, mirent en fuite les assaillants.

Mon frère le Duc et moi-même de nous féliciter ensuite de cette victoire par forces libations. Nous en profitons ici pour signaler l'efficacité de nos troupes qui mirent si rapidement en déroute les forces ennemies. Nous les féliciterons sous peu par la remise des médailles de l'Ordre du Cochon de Prince.

Trou, Duc de Montreuil

P.S. : Enfin !
Ayant pu passer voici trois jours quelques instants en tête à tête avec le Cardinal de Marsa, celui-ci me confessa (logiquement pour la confesse, ç'aurait dû être l'inverse...) avoir été l'auteur de l'agression voyeuriste sur la douce Paulette. Le voile est donc maintenant levé ! Méfions nous donc à l'avenir des carrefours et autres coins de rue de la Principauté la nuit, le Diable - même chez un prélat - pouvant à nouveau cacher son ignoble visage sous les traits d'un prêtre inoffensif sur le retour d'âge. Amen !

Tentative d'annexion la Gamassade
De notre envoyé spécial détaché auprès des armées gamassonnes

Aux premières aubes du vendredi 18 juillet, une troupe de mercenaires étrangers, de toute évidence commanditée par le Cardinal de Maharsa, l'infâme Duc Alzeimer de la Fosse, a effectuée une incursion armée dans le territoire gamasson dans le but non déclaré d'annexer les magnifiques friches de la principauté qui sont la source des richesses et des hauts revenus de ses habitants.

Sous la conduite éclairée de notre Général en chef, Trou, Duc de Montreuil, la conscription nationale fut immédiatement déclarée et les armées gamassones placées aux frontières de façon à contenir les tentatives d'infiltration de nos ennemis. Parallèlement à cette défense du sol sacré de la patrie, un mouvement d'encerclement fut entrepris dans le but de réduire à néant les velléités impérialistes de l'Infâme.

Malgré des pertes sévères dues à l'emploi d'armes de destruction massive, les troupes gamassonnes purent bientôt limiter l'incursion à la seule route conduisant du Mas de Poussau aux terres plus arides du Duc de Panier, contraignant, de ce fait, l'adversaire à se retrancher dans les cultures de plantes à parfum d'un de nos alliés parisiens, qui, grâce à une résistance farouche, un sang froid admirable et le maniement d'un parapluie importé de Bulgarie, sut contenir l'adversaire non sans éprouver de lourdes pertes matérielles, tout particulièrement dans ses plantations de lavande.

Devant le nombre des ennemis et leur supériorité en armes chimiques - on dit dans les milieux bien informés que les mercenaires étrangers n'hésitèrent pas à utiliser, pour se doper et se donner du courage face à la combativité des armées gamassonnes, la totalité des réserves de viagra du Cardinal- les armées gamassonnes devaient céder du terrain. C'est ainsi que, malgré leur intrépidité et leur science innée du combat, les troupes de la Principauté, furent obligées de faire appel aux réservistes puis, devant l'ampleur des pertes, aux FGI (Forces Gamassonnes de l'Intérieur). Ce sont ces dernières, qui grâce à leur détermination, à leur sens de la guérilla et à un courage digne de figurer dans les manuels militaires purent enfin stopper l'invasion ennemie.

Au plus fort des combats, notre caméraman a su immortaliser ces actes de bravoure et saisir, sur ce cliché pris au péril de sa vie, deux maquisards gamassons repoussant les troupes du Cardinal sans crainte d'affronter un ennemi nettement supérieur en nombre et visiblement mieux armé... Gloire soit rendue à ces deux intrépides combattants...

A l'issue d'une matinée de durs combats, le droit primant enfin sur la force brute, les troupes gamassonnes pouvaient s'enorgueillir d'avoir repoussé l'ennemi aux confins et réduit leur volonté impérialiste à néant.

Selon les dernières informations qui nous sont parvenues, il semblerait que les troupes ennemies aient cherché refuge dans la région du Causse, et se soient placées, en attendant de comparaître devant le TPI, sous la haute protection d'un notable, J.M, apprécié de tous pour son sens de la justice et de l'équité.

Cette attaque, faisant suite à l'agression subie par notre chevrière il y a quelques semaines, j'ai nommé la douce Paulette, les sujets de la Principauté se tournent maintenant vers leur prince, le bon Jehan Louis II pour qu'il cherche par tous les moyens à leur assurer la sécurité dont ils sont actuellement privés. Une réunion du cabinet princier qui doit se tenir dans les heures qui viennent devrait préciser les mesures qui vont être pour que de tels faits ne se reproduisent plus.

Vu, le Duc de Panier, Ministre de la Guerre et de l'Environnement


Découverte

Une expédition savante menée par le sire Soudard de L'Agrès vient de découvrir dans la jungle quercynoise des ruines monumentales, témoignage d'un passé prestigieux jusqu'alors inconnu. La gravure ci-jointe représente le plus grand monument de cet ensemble, vu depuis l'ouest. Les indigènes appellent ce monument Shambor Vat (transcription approximative). Il s'agirait du temple-tombeau du fondateur de la dynastie gamassonne, ancêtre direct, bien que fort lointain, de l'actuel Prince régnant.

Bernard-Philippe d'Escouilles


Miracle à la Gamassade

Il y a quelques semaines, des personnalités dignes de foi - à savoir le premier magistrat de la commune, le cantonnier, une citoyenne d'outre Quiévrain, belge de surcroît, et différents volontaires du village occupés à remettre en service une source de la commune - ont été les témoins d'un fait surprenant qu'il faut bien qualifier maintenant - alors que le Vatican vient de se prononcer sur cette affaire - de miraculeux.

   Dans la clarté blême de l'aurore, alors que les volontaires du village s'affairaient à curer le fond de la grotte, l'apparition soudaine d'une créature de toute évidence d'essence divine - ange annonciateur ? esprit saint ? génie de la forêt et des gamasses ? - semblable à celle qu'aperçut Bernadette Soubirous à Massabielle, a fait prendre conscience aux témoins de ce phénomène de la sainteté de l'endroit.
   Toutefois, dans un premier temps, craignant que cette Apparition ne soit le retour du maniaque du cloup des poubelles qui, il y a quelque temps déjà, s'était livré à une exhibition en règle sur la personne de notre chevrière nationale, les spectateurs furent saisis d'effroi et tout tremblant, à genoux dans la boue, implorèrent la clémence et la protection de Dieu.
   Devant la bonté et la douceur émanant du regard de l'Apparition, toute de grâce et de sérénité parée, force fut aux témoins de cette scène de reconnaître que ce phénomène ne pouvait être que d'essence divine et qu'il n'y avait rien à craindre d'elle.
   S'adressant à la foule qui commençait à s'agglutiner, l'Apparition a alors rappelé, d'une voix douce mais ferme cependant, que ce n'était pas encore l'heure de l'apéritif, qu'aucune pause n'était prévue, et qu'elle avait remarqué que certaines personnes tiraient au flan. Dans ces conditions, ajouta-t-elle, comment voulez-vous que le boulot avance et que cette source soit propre à l'heure du prochain miracle ?
   Forcées de reconnaître la justesse de cette remarque et honteuses d'avoir été repérées aussi facilement, les deux personnes mises en question - que pour des raisons de confidentialité nous ne mentionnerons ici que par leurs initiales (GD et GD) - se mirent immédiatement au travail à la stupéfaction de la foule, qui pour bien connaître les deux individus en question les savait incapables d'une telle énergie.

   Le Très Haut avait donc créé une source miraculeuse à Belregard et, dans cette perspective, encourageait ses habitants à ouvrir des tables d'hôtes et des gîtes en grand nombre de façon à pouvoir accueillir les nombreux pèlerins qui n'allaient pas tarder à se précipiter.
   Il fut alors décidé sur le champ par le Conseil municipal, unanime pour une fois, de transformer la halle en Mac Do, de nationaliser le château, de construire une usine d'embouteillage d'eau bénite et de réquisitionner les résidences secondaires de Marsa pour en faire des dortoirs pour les pèlerins. En outre, cette performance serait immédiatement inscrite au Livre des Records.
   Devant le succès de son intervention, l'Apparition prit alors congé de la foule, non sans rappeler aux témoins de cette scène qu'ils devaient à l'avenir se conduire en bons citoyens et cesser de braconner et de poser des collets.

Ségolène Brunemiche

L'affaire du cloup des poubelles, suite

Les lieux où ont été aperçus les deux exhibitionnistes 

Communiqué

L'enquête concernant l'agression dont a été victime l'été dernier notre chevrière nationale près du cloup des poubelles progresse à grands pas grâce aux moyens considérables mis en œuvre par la police gamassone dont la puissance de déduction et l'efficacité ne sont plus à démontrer.

Après avoir longtemps soupçonné le Cardinal de Marsa de cette infamie, les services d'Interpol ayant informé les autorités de la Gamassade que ce dernier avait eu dans le passé à s'expliquer à de nombreuses reprises avec la police de plusieurs pays asiatiques pour des agissements semblables, la police gamassone a pu démontrer que cette lâche agression avait été en fait organisée par deux individus distincts.

Grâce aux renseignements fournis par la population locale qui a spontanément apporté son concours aux autorités de la Principauté, elle a pu établir en un temps record leur portrait robot et les prendre en photo alors qu'ils se livraient à leurs exhibitions habituelles à proximité immédiate de la résidence d'une noble étrangère, probablement dans le dessein d'en faire leur prochaine victime.

Il est demandé à toute personne qui pourrait apporter des informations utiles pour l'identification de ces deux individus, de bien vouloir se présenter dans les meilleurs délais aux bureaux de la police gamassone.

Une forte récompense en gamasses sera offerte aux premiers informateurs qui permettront l'arrestation de ces deux dangereux maniaques.


Y a-t-il eu de la vie sur Marsa ?

Un des deux robots envoyés explorer la planète Marsa vient de nous faire parvenir par MMS cette extraordinaire photo. Oui, il semble qu'il eût eu de la vie sur Marsa. Il y a très longtemps. Ravagée par les barbus fous, voilà tout ce qu'il en reste...

Faits divers

Le Grand Chambellan de la Principauté est en convalescence après s'être encore sectionné quelques doigts. Ceux de l'autre main cette fois-ci, car il avait oublié les préceptes du Révérend Père Tabé Viagra de Boulbe qui professait de ne pas changer de main quand il sentait que ça venait. Il explique : "J'ai changé de main. Je ne suis pas idiot au point d'abîmer toujours la même". Mais des problèmes se présentent : "N'ayant plus de doigts présentables pour mesurer la Suze, que vais-je devenir ? Existe-t-il une solution pour résoudre ce problème qui pourrait, si je ne trouve pas de réponse rapidement, entraîner ma mort par déshydratation devant ma bouteille de gentiane préférée ?"

La solution existe pourtant : fermer les yeux et compter les glouglous.

Autre question abordée par le gourou Viagra de Boulbe : Comment maintenant plonger la main dans un bocal pour en extraire les olives ? Notre Grand Chambellan élude le problème : "Je crois savoir que ce n'était pas dans les bocaux, qu'ils soient d'olives ou de confiture, qu'il aimait mettre ses doigts mais dans les mottes de beurre et autres (surtout autres...)".

Et cette infirmité provisoire peut le mener devant le juge : attention aux gestes de tous les jours : s'il montre le ciel et que l'index - qui ne peut se dresser - est remplacé inopinément par le majeur, le risque est grand de faire un signe obscène aux jeunes bergères de passage...



La princesse Caroline de Panier vient de réussir du premier coup son permis de conduire. Mais chacun sait que c'est après le permis que l'on apprend à bien maîtriser son véhicule. Témoin cette photo du léger bouchon provoqué récemment sur l'autoroute Saint Projet - Saillac par son style de conduite.

 


Page précédente

Page suivante