16

Accueil
Actualités
Archives
Principauté
Nos princes
Littérature
Beaux-arts
Polémiques
Courrier
Journal
Nomenklatura
Contact

Archives 1
Archives 2
Archives 3
Archives 4
Archives 5
Archives 6
Archives 7
Archives 8
Archives 9
Archives 10
Archives 11
Archives 12
Archives 13
Archives 14
Archives 15
Archives 16
Archives 17
Archives 18
Archives 19
Archives 20
Archives 21
Archives 22
Archives 23
Archives 24
Archives 25
Archives 26


Révolution gamassone : un peu d'histoire...

1789 : rappel historique

Au début de la Révolution gamassone, une épreuve de force s’engage entre les représentants du Tiers état d’une part, le Prince et les deux ordres privilégiés - à savoir la noblesse et le clergé - d’autre part. Le Tiers état sait qu’il ne pourra faire triompher ses vues que si l’ancestrale organisation des Etats généraux est modifiée. Traditionnellement en effet, chaque ordre était égal à une voix. Il y avait donc deux voix pour les privilégiés, et une pour les non-privilégiés qui représentent à l’époque 97% de la population gamassone.
Le Tiers état et les députés réformistes de la noblesse et du clergé réclament que soit instauré le vote par tête.
Le Prince décide alors de résister. Il prévoit de réunir, le 22 juin, les députés des trois ordres lors d’une séance royale où il casserait toutes les décisions du Tiers état.

En attendant, il lui faut empêcher tout débat et toute nouvelle décision. C'est ainsi que le 20 juin 1789, alors que le Prince participe à une battue au lièvre à la Fage, les gardes, sous prétexte de réparations à faire pour la prochaine séance, interdisent aux députés du Tiers état l’accès à la salle de l’hôtel des Menus Plaisirs où se tiennent les Etats généraux.
Sur la proposition du bon Docteur Guillotin, les députés décident alors de se rendre à la salle du Jeu de Paume à Versailles. C'est à cette occasion qu'est rédigée la célèbre formule dite du serment du Jeu de paume qui dit, rappelons-le : «l'Assemblée affirme son droit de délibérer partout où les circonstances l’exigeront, jusqu’à ce que la Constitution de la Principauté soit établie et affermie sur des fondements solides».

Lonesome Mounier

  Ci-dessus ce document d'époque exceptionnel où on voit un député du Tiers Etat et un député réformiste du clergé prêtant le Serment du Jus de pomme.
 

Armé de son pifomètre de masse à large spectre, un expert contemporain, Maître Folasse, affirme : "Dans ces verres, il n'y a pas que du jus de pomme, mais y en a !" Les tontons députés avaient de l'estomac ! Bur'noh, papy flingué.
  N'est-ce pas dans la nuit du Quatroux qu'a été prononcé le fameux serment du "Jules d'Prom" ?
Bien à vous. Guy du Tourondol
  Erreur ! Le serment du Jules de Prom a été prononcé la nuit du Quatre Trous... Sois à ce qu'on te dit !
Lonesome M.

Ordination d'une gonzesse

Le Dalaï Lama, Serge de son prénom, fait des émules émues : une célèbre ex-première groupie nationale de France vient de participer à un stage spirituel intensif de 15 jours dans un âshram gamasson spécialisé dans le renoncement et le désintéressement instantané.

Elle y a obtenu le diplôme de sannyasi qui lui permet désormais de se détacher du monde et des tentations matérielles. A cette occasion, elle a pu trouver la voie de l'impermanence en faisant don de sa célèbre chevelure soyeuse et opulente pour racheter ses péchés de frais de bouche, et elle pourra à l'avenir faire profiter son entourage de son expérience et de son nouveau savoir.

De notre correspondant, le Dalaï Mana


La crise du clergé

La principauté a reçu ce message :

Monsieur,
Je pense qu'il y a un vrai problème du clergé à la Gamassade. A part votre Cardinal, le repli actuel des vocations ne fait que masquer la réalité et manifeste un certain découragement pastoral dans votre principauté. La crise ne commencera à être surmontée que lorsque l'identité chrétienne se réalisera à côté de la vie humaine responsable, à côté du baptême commun et avec tous ses enfants, quel que soit leur sexe.
Il existe dans votre diocèse un Service des vocations qui organise des rencontres régulières pour les jeunes qui veulent réfléchir à l’orientation de leur vie. A cette occasion, le pape Jean Benoît XXIII m'a adressé ce message par télé-empathie : "T'es-tu posée la question de devenir prêtre ?" C'est cette parole qui m'a révélé mon désir caché. J'ai répondu à la question de la vocation, et me voilà en route vers vous pour vous apporter la bonne parole et veiller sur la droiture de votre chemin. Vous voudrez donc bien tenir à ma disposition le clé du presbytère.
En vous remerciant et en vous bénissant à qui mieux mieux.

Cécilia de Legolène, nonnette

 

Je me convertis !!! Cette nonnette m'a l'air d'être une jolie coquine. Lonesome-le-Pieux

Chère Nénette,
Je vous envoie sous ce pli la clé du presbytère. Je garde par devers moi la clé de la porte de derrière, que j'utiliserai à bon escient pour venir vous confier mes péchés : péché partagé, péché pardonné, comme disait saint Tabévarman.
Votre ouaille (aïe ! aïe ! votre sautoir m'égratigne ! ) Bur'no


L'Ecole gamassonne d'Orient
Fin du chantier de restauration du Sphinx de Gizeh
 

Après l'introduction par Pougne de Suzac de l'anastylose comme méthode de restauration des monuments, les chercheurs de l'Ecole gamassonne d'Orient se sont attaqués au Sphinx de Gisèle, sans doute le monument le plus célèbre de l’Egypte.
Lors de fouilles en aval de la pyramide de Khephren, ils ont retrouvé le nez de la gigantesque statue et l'on remis en place. Ainsi transformé, le Sphinx a pu recouvrer son apparence originale, qui n'est pas sans nous rappeler un auguste personnage bien de chez nous.

La prochaine campagne de restauration aura pour objet les bouddhas géants de la vallée de Bamyan, explosés par les talibans en 2001, et qui auront sans doute encore bien des secrets à nous livrer.
Ci-dessus le projet en image de synthèse.


Attention : sécurité !

Rappel

Obligatoire dans votre auto à partir du 1er juillet :


- un triangle (équilatéral si possible) à placer sur la chaussée à une distance de 30 mètres au moins du véhicule.

- une barboteuse de sécurité réfléchissante qui devra être porté avant de sortir du véhicule immobilisé sur la chaussée ou ses abords à la suite d'un arrêt d'urgence.

Sur la photo ci-jointe, on voit que le Duc de Panier n'a pas attendu le décret pour porter en toutes circonstances cet accessoire très tendance, qui a en outre le mérite d'attirer sur lui les yeux enamourés des bergères de passage.


Différend territorial...
La principauté de la Gamassade informe le Conseil de sécurité de l'ONU de l'entrée présumée des forces marsadaises sur son territoire

AP - 20/07/2008
LA GAMASSADE, La Gamassade - La principauté de la Gamassade a adressé au Conseil de sécurité de l'ONU une missive affirmant que les forces marsadaises sont entrées sur son territoire près d'un temple récemment inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, a annoncé dimanche son ministre de l'Information.
Mel Taprun, Ministre de la Guerre et de l'Environnement, a précisé que la mission gamassadaise à New York avait remis une lettre au président du Conseil de sécurité et à celui de l'Assemblée générale de l'ONU pour "attirer leur attention sur la situation actuelle à la frontière entre la principauté de la Gamassade et Marsa".

Il a expliqué que la principauté de la Gamassade ne demandait pas une intervention de l'ONU et espérait régler ce différend territorial de façon pacifique.
Des dizaines de soldats des deux pays sont massés dans une région au centre du conflit, près du temple de Prasat Tabé dont La Gamassade a obtenu l'inscription par l'UNESCO au patrimoine mondial de la féminité.
Les deux pays doivent tenir des discussions lundi.
Le site sacré du temple de Prasat Tabé est situé au bord d'un plateau qui domine la plaine de la principauté de la Gamassade. Les bâtiments du site sont dédiés à Tabé, un ermite européen établi en Thaïlande au siècle dernier.
De notre envoyé Preah Burnovihear


... et mobilisation
Afin de hâter le bain de sang purificateur, de nombreux jeunes citoyens se sont engagés dans les deux camps pour se porter sur la frontière, ligne imaginaire entre les deux nations, séparant les droits imaginaires de l'une des droits imaginaires de l'autre.

 
Pour des raisons évidentes de secret militaire, leur identité ne sera pas révélée. On doit cependant déplorer que certain(e)s de nos guerrier(re)s n'aient pas pris la bonne pointure en choisissant leur fusil. Pourquoi nos filles en ont-elles un trop gros et nos garçons un trop petit ?

Déclenchement du conflit :

  Ce conflit de frontière remonte à des années. Ces images on été extraites d'un vieux film d'actualité lors d'une réunion du Conseil de sécurité de la Boucle (pour des raisons de commodité, la bande son a été remplacée ici par des bulles). Comme on peut l'entendre, le dialogue portait sur l'importance de la volonté affichée par le Cardinal de résoudre la question du tracé des frontières.

Loin du bling bling
Les quartiers populaires de la Principauté : les laissés-pour-compte

Loin du bling bling de ses fonctions institutionnelles, le prince Jehan-Louys s'est immergé un instant dans le quart monde des sans papiers pour constater que les jeunes en difficultés des quartiers populaires de la Gamassade n’ont droit qu’aux mesures contestables du nouveau projet de loi contre la délinquance initié par Isabeau de Promme, Brice Boutefeux et le colonel Zoldar.
La revendication première de ces jeunes est la libéralisation de l’usage et de la production contrôlée du cabannis, substance désormais universellement consommée. Décriminaliser l’usage récréatif et thérapeutique de l'herbe, le bon usage de l'eau de vie de prune, du tabac, du rap et des rapprochements sexuels avec les dernières bergères, permettrait de libérer les forces de polices. Et cela supprimerait une importante source de trafics maffieux, car la politique gamassonne de répression tous azimuts a démontré sa faillite en termes de santé publique.


Anguille sous roche ?
Le prince et la princesse : anguille sous roche ?

Résumé des épisodes précédents : La rivalité qui oppose la Grande Bretagne et la Gamassade attriste le prince Jehan-Louys qui se tient à l'écart de ces querelles. Pour le dérider, ses amis Bobby Benvolio et Kojak Mercutio le persuadent de s'inviter incognito à la fête que le vieux Mel Capulet décide de donner en l'honneur des élections municipales; il pourra y retrouver la princesse Diana, une réfugiée politique anglaise, qui semble ne pas lui être indifférente.
La soirée s'ouvre par un bal-méchoui où le prince, ébloui, revoit la princesse et oublie instantanément les querelles diplomatiques. Il ne pense plus qu’à Diana, qui semble éprouver les mêmes sentiments. Jehan-Louys consulte son confesseur, le cardinal de Marsa. Ce dernier déplore l’inconstance du prince mais promet d’arranger une liaison avec la princesse dans l'espoir de réconcilier l'Angleterre et la Principauté. On n'en saura pas plus, mais tout est bien qui finit bien, si l'on en croit cette image prise par le fameux paparazzo W. Shakespeare.


Les élections municipeoples
Qui sera le futur maire du palais de la Principauté ? Est-ce Mel Taprun, comme semble le prétendre cette petite groupie croisée à la Gamassade et si à l'aise dans ses baskets ?

Si, comme il est prescrit sur le panneau à droite, on me cède le passage, je veux bien voter Taprun malgré toutes les turpitudes passées et à venir que son érection nous promet. Je viendrai con sacrer les heureux zélus; que l'on prépare le goupillon et l'eau bénite de prune. Mon Eminence

Nouvelles du front. Très joli dos indeed... Si avec ce genre de supportrice je ne suis pas élu ! Le tract électoral fait un malheur. Un exemplaire est actuellement affiché sur un des réacteurs de la centrale de Saillac. Je l'ai envoyé à quelques collègues de la Principauté qui en ont fait des copies qui circulent. Par ailleurs, mon directeur de campagne, le Prince lui-même, mon plus fanatique supporter, se promène de maison en maison en montrant cette affiche concernant ma candidature... Mais, avec toutes les personnes qui l'ont vu, il s'étonne que la formule "votez Taprun" soit inscrite sur le T-shirt de la demoiselle. Ils pensent que l'impact médiatique serait beaucoup plus grand auprès des populations si la formule était inscrite sur les fesses de la pucelle, ce qui justifierait d'ailleurs son geste...
Mel Taprun l'Heureuzélu.

Rien n'est inscrit sur la peau de la pucelle municipale pour la bonne raison que les petites fesses, une fois tatouées, perdent beaucoup de charme. Phou Nak

Vae Victis !*
Après la défaite de sa liste aux élections municipeoples, le Duc de Panier nous envoie sa profession de mauvaise foi (gras ?) :

Une brillante carrière politique qui devait rapidement mener le Duc de Panier, à l'issue des ces érections municipales, à solliciter des Français l'investiture suprême et lui permettre d'occuper rapidement aussi bien le fauteuil présidentiel de l'Elysée que la couche de la belle Carla vient de s'interrompre tragiquement suite à l'échec cuisant qu'il vient d'enregistrer en ce sombre dimanche du mois de mars de l'année 2008.
Trompées par un adversaire nettement supérieur en nombre que conduisait un chef sans pitié, J. Mercadicus - auprès duquel Attila, Ta Mok et Ossama Ben Laden font figure d'enfants de Marie - les troupes du Duc de Panier, commandées par le Général Bernadotte de Buisset et conseillées au plan de la stratégie par le Prince de la Gamassade lui même, se sont battues jusqu'aux derniers, réduisant, par comparaison, le combat des 64 légionnaires opposés aux 2000 Mexicains de Camerone, le 30 avril 1863, au rang de feuilleton tout juste bon à passer sur la Une, entre une pub pour des couches-culottes et un épisode de la Star Academy.
Les assauts répétés de l'adversaire, sa supériorité en matière de mobilité des troupes, sa parfaite connaissance des combats au corps à corps et sa maîtrise des armes de destruction massive dont il disposait, de toute évidence en grand nombre ont finalement eu raison du courage et de la détermination des membres de la liste 2.
Les paroles "vae victis" prononcées par leurs adversaires sur le champ de bataille, ignorant, est-il besoin de le rappeler, aussi bien la pitié que la plus élémentaire mansuétude, font craindre le pire aux derniers survivants de cette tragique et lamentable épopée.
Déjà, une première vague de boat people tente de rallier la Californie via le lac de Bannac, tandis que d'autres réfugiés, qui n'ont pu embarquer à temps pour échapper aux sbires de Mercadicus, affluent sur les terres du Cardinal de Marsa, demandant à bénéficier de l'asile politique.
Connaissant le maître des lieux, ces pauvres gens, dont le dénuement extrême arracherait des larmes aux pierres du Causse, peuvent s'attendre au pire... et pour certaines, au meilleur !
________
* Brennus, nom gaulois de Taprun.

 
Après la déculottée électorale, l'exode désespéré des réfugiés de la liste 2 vers les terres du Cardinal de Marsa
 
  La résistance commence à s'organiser :
 

Le calme et la sérénité propices à la chasse aux bergères reviennent progressivement dans la Principauté après les troubles de ces derniers jours.
Toutefois si la pax mercadicae semble régner sur toute l'étendue du territoire gamasson, ce n'est, comme vous pouvez aisément l'imaginer, qu'une ruse destinée à faire croire que, définitivement vaincue, la liste 2 n'est pas en train de mettre sur pied un mouvement de résistance. A l'approche du 18 juin, je vous conseille d'écouter chaque soir la BBC* dans l'attente de l'appel de Varaire où un gouvernement en exil est en cours de formation. Bien vous et aux sénémarniaises qui ont voté pour moi.
Taprun-Lemalheureuzélu
________
*BBC : Bobby Broadcasting Company

 
Ode funeste (pardon à Victor)

Comme une onde qui bout dans une urne trop pleine,
Dans ton cirque de bois, de causses et de vallons,
L'ardente lutte mêlait les sombres bataillons.
D'un côté Mercadicus, de l'autre la liste 2 !
Choc sanglant ! des héros Dieu trompait l'espérance
Tu désertais, victoire, et le sort était las.
O, Gamassade ! je pleure, et je m'arrête, hélas !
Car les preux candidats de ce dernier scrutin
Furent grands; ils avaient vaincu toute la terre.
Chassés vingt princes, passé Mekong et Lot,
Et leur âme chantait dans les clairons d'airain !
Le soir tombait; la lutte était ardente et noire.
Il avait l'offensive et presque la victoire;
Il tenait Mercadicus acculé sur un bois.
Son programme à la main, il observait parfois
Le contenu de l'urne, point obscur où tressaille
La mêlée des bulletins en vivante broussaille,
Et ses braves colistiers, sombres comme la mer.
Soudain, joyeux, il dit : bingo ! - C'était Mercadicus !
L'espoir changea de camp, le combat changea d'âme.

La Déroute géante à la face effarée,
Qui, pâle, épouvantant les plus fiers candidats,
Changeant subitement les guerriers en moutons.
Et fier causse, hélas ! où l'on rêve aujourd'hui,
Vit fuir ceux devant qui l'univers avait fui !
Quarante jours sont passés, et ce coin de la terre,
Gamassade, ce pays superbe et solitaire,
Ce causse illustre où Dieu mêla tant de néants,
Tremble encore d'avoir vu le naufrage des géants !
Mel Taprun les sentit s'écouler comme un fleuve;
Candidats, bulletins, isoloirs; - dans l'épreuve
Sentant confusément revenir son remords,
Levant les mains au ciel, il dit : - Mes projets morts,
Comme s'envole au vent une paille enflammée,
Mon dessein évanouit complètement enfumé.
Mais que suis-je venu faire dans cette galère ?
Est-ce le châtiment cette fois, Dieu sévère ?
Alors parmi les cris, rumeurs, lamentations
Il entendit le Prince qui lui répondait : non !


Transmutation de la prune

Le Duc de Panier met la dernière main à son transformateur électrique écologique en pierre véritable dont les Monuments historiques et la DDE ont imposé le plan. L'énergie sera fournie par la fission de la prune dans les bouilleurs à eau de vie pressurisée de la centrale nucléaire de Saillac. Le challenge sera de transformer le courant chaotique de la centrale en bon 220 volts bien de chez nous.

Protection des travailleurs immigrés
Le ministre des Affaires étranges s'est penché sur le sort des hôtesses d'accueil des centres de vacances et des gîtes ruraux de la Principauté. Comme elles sont presque toutes issues de l'immigration, il ne voudrait pas que leurs droits soient bafoués par des employeurs peu scrupuleux. Nous avons interrogé deux d'entre elles, qui ont bien voulu répondre à nos questions. Pour des raisons de discrétion et de risque de pression sur leurs familles restées au pays, elles ont demandé à ne pas être reconnues. C'est pourquoi, dans ces témoignages, leurs voix et leurs noms ont été modifiés et un cache protège leur visage.
  Trabadja Moukère : Bédouins ici être sales chiens pas craindre bézef Dieu. Moi galérer dans madrassa à bled Marsa, branche gamassonne Al Khaida. Eux étudier cinq ans Coran en se dandinant pour après faire exploser eux pouf on change. Moi cachée pas regarder hommes mais écouter pour suivre chemin des prophète, pas comme fatmas ici serpents à sornettes très impures voire tous leurs cheveux et mollets. Pourquoi porter hijab ? Femme doit être invisible et obéir fissa son mari et ses fils, car elle être macache bono crotte de chien et seuls endroits pour elle c'est gourbi ou cimetière avec l'aide de Dieu. Moi oualou la vie pas très drôle. Au secours !

(photo Lonesome)
Kylie Bounamy : Moi y'en a être contente travailler ici la Gamassade casser mes couilles pour gagner piastres moyen aider famille pour moi restée l'Indochine. Mais patron lui y'en a beaucoup crier sur moi même chose moi le chien galeux pas bon pour manger. Moi vouloir aller la maison du peuple CGT demander aider moi pour dire le patron lui pas crier toujours fort comme ça casser mes oreilles. Ici monsieurs français poilus partout y'en a être beaucoup gentils trop et dire choses cochon pas comprendre tout, mais avoir envie tripoter moi je sais pas pourquoi, et eux toujours moyen chercher point G et pas souvent trouver.

 

Cadeau

Personne ne voulait y croire ! Certains souriaient (amicalement) d'un air entendu ! Ils devront se faire une raison. Le livre de notre grand aviateur à hélices, Maurice Vallet, est sorti de l'imprimerie. Les premiers exemplaires sont arrivés des Philippines. Alléluia ! (Voir l'analyse à la page Littérature).

176 pages, 25 photos et cartes. L'intégralité des recettes est destinée aux enfants du nord de la province de Samar, à 700 km au sud-est de Manille, Philippines.

Pour commander : Chèque de 12 euros par exemplaire au nom de Jean-Claude SALLE
2 bis impasse de la Placette 30840 MEYNES
Tél/fax : 04 66 62 93 38 - Portable : 06 78 77 05 48
Le port est compris (pour la France).

Page précédente

Page suivante