15

Accueil
Actualités
Archives
Principauté
Nos princes
Littérature
Beaux-arts
Polémiques
Courrier
Journal
Nomenklatura
Contact

Archives 1
Archives 2
Archives 3
Archives 4
Archives 5
Archives 6
Archives 7
Archives 8
Archives 9
Archives 10
Archives 11
Archives 12
Archives 13
Archives 14
Archives 15
Archives 16
Archives 17
Archives 18
Archives 19
Archives 20
Archives 21
Archives 22
Archives 23
Archives 24
Archives 25
Archives 26

 

Soucoupe volante

Aujourd'hui, notre site web peut révéler des photos tenues secrètes jusqu'à aujourd'hui.

La présence d`un objet volant non identifié avait suscité beaucoup d'intéret le 17 août 2006 auprès des habitants de la Gamassade.
En effet, vers 21 heures, certains d'entre eux remarquèrent la présence d'un objet bizarroïde qui se déplaçait à basse altitude et d'où provenait un bourdonnement inintelligible.
A cette époque, les célèbres services secrets de la Principauté avaient classé cet événement hautement confidentiel avec une magnitude de Mi = Log(A) Δ - Log(A0) + cLog Δ sur l'échelle de Richter.
L'objet volant se déplaçait mollement de gauche à droite ou de bas en haut. Une lumière sourde s'en échappait et on pouvait discerner des mouvements confus à l'intérieur.

 

La deuxième photo anonyme prise au téléobjectif apporte des précisions sur le contenu de cette soucampe vouloute : on y voit ce qui semble être des extra-terrestres en train de piloter leur engin. On distingue nettement les différentes commande, manettes et gouvernails de la cabine ainsi que l'aspect étrange de l'équipage.
Vu la quantité de main-d'œuvre nécessaire et l'absence apparente d'automatismes, la conduite de cet OVNI semble assez compliquée.

De notre correspondant anonyme Pou de Nhac


Le débourrage des sauterelles
Les fiches pratiques élevage/bricolage

Dès son plus jeune âge, on se fait reconnaître de la sauterelle comme quelqu'un d'attentionné. Il faut des caresses mais aussi de la fermeté. Très tôt, on l'habitue au licol et à la longe.
On laisse la sauterelle attachée près de sa mère de longs moments, on lui chatouille les antennes mais toujours sans mouvements brusques et en lui parlant beaucoup. Marcher avec la sauterelle en licol est le tout premier apprentissage.
Vers 2 semaines, premières séances de longe, découverte de la chambrière et d'ordres vocaux. Une dizaine de séances, mais tous les jours, pour reconnaître les allures : pas, trot, galop et saut en hauteur.
Vers 3 semaines, tout est déjà acquis. Il suffit alors de monter la sauterelle à cru, sans jamais la tromper, sur des rênes ajustées avec une main douce et des jambes persuasives, mais surtout un parfait accord des aides et de larges cessions à chaque signe d'obéissance. Ne pas hésiter à se servir de la voix pour rassurer et encourager.


Missile de croisade
L'annonce le 23 août 2007 par Marsahbad du tir opérationnel d'un missile de croisière d'attaque au sol “Ta Kelett” de dernière génération a de quoi préoccuper la Commission gamassonne de sécurité.

Annoncé par l’évêché de Marsa comme moyen d’emport d’une arme anti-mécréant, le missile est destiné à être tiré depuis une plate-forme terrestre pilotée par le colonel Zoldar (voir photo). Cet engin ultra sophistiqué, dérivé du Yakaliméasek thaïlandais, aurait une portée théorique de 29 km et pourrait à terme être modifié pour des missions d’évangélisation spatiales. Dans une telle configuration, le missile sera sans doute pour le Marsahnistan une des pièces maîtresses du renforcement de son outil de dissuasion anticléricale. Tout porte à croire que, dans la compétition stratégique que se livrent Marsa et la Principauté, les missiles de croisière pourraient être amenés à jouer un rôle équivalent à celui des simples invectives.


Le H5M1 nouveau est arrivé !
Attention à la nouvelle vague de grippe aviaire...

Gamassade One, la première chaîne de télévision de la principauté nous dévoile ce document absolument extraordinaire : on a retrouvé sur le causse une créature vivant totalement nue en sautillant comme une puce. Elle a été attrapée alors qu'elle était en train de se nourrir d'insectes et de champignons. Au vu de sa complexion singulière, elle est à l'évidence contaminé par le virus H5M1 de cette année.
On pense qu'il s'agit de Sboïng, un jeune homme qui aurait disparu en mai 1968 à l'âge de 25 ans. Un cardinal local dit être certain qu'il s'agit d'un de ses anciens adjoints asiatiques car il a reconnu une cicatrice sur son index droit. Un test ADN devrait confirmer ou infirmer la souche.
La créature, à l'exception des mots, "papa", "maman", et "bétonnière", n'émet que des grommellements incompréhensibles. La chaîne Gamassade One qui publie cette vidéo, déclare qu'elle semble avoir énormément de difficulté à s'adapter. Elle ne se laisse pas approcher facilement. Elle grogne souvent et ne peut rester en place. Quand elle a soif ou faim, elle porte ses doigts à la bouche, et quand elle ne dort pas, elle sautille sans cesse de gauche à droite. Certains villageois croient qu'elle est possédée et ont demandé l'aide de moines bouddhistes. La réadaptation ne sera pas facile et il faut éviter qu'elle puisse s'enfuir car l'ouverture de la chasse approche...


Scoop : elle est vivante !
Le secret de Lady Di a été bien gardé : elle s'est établie à la Gamassade !

On vient de fêter les 10 ans de la tragique "disparition" de la Princesse Diana et cela a fait la une des media. Or, on peut révéler aujourd'hui que Lady Di, grande spécialiste des crash tests, s'était tirée sans trop de dommage de l'accident du pont de l'Alma. La fameuse Fiat Panda, recherchée sans succès par toutes les polices, n'était autre que celle de notre prince bien-aimé ! Il avait rendez-vous avec elle sous le tunnel pour la soustraire aux griffes de la famille royale britannique et à la vie désordonnée qu'on lui faisait subir depuis trop longtemps.
Depuis dix ans, elle réside chez notre prince et est protégée des curieux par les hommes du Maussade, plus spécialement par Bobby les Pointes, qui est son garde du corps attitré.
Elle sort peu, mais les citoyens de la Principauté peuvent parfois la croiser lors des fameux méchouis gamassons. La princesse sait bien qu'ils garderont le secret !


 
Le Prince Charles, remarié à un vieux cheval de retour dont il commence enfin à se lasser, semble aujourd'hui regretter la vivacité de Diana. On raconte l'avoir vu incognito à la Principauté à la recherche de son ex-épouse. Il a été fermement éconduit avec tambours et trompettes par des agents des services secrets.
 
Sous l'œil de Bobby les Pointes
 
Un sourire de façade mais la main de fer du "Maussade" : reconduite à la frontière !

Alerte rouge
Les services du Maussade qui, en sous main - mais pas par dessus la jambe - travaillent pour le Cardinal, viennent d'alerter Mon Eminence à propos de sombres desseins qu'ourdit, dans le plus grand secret, l'infâme Duc de Panier.
Au coeur d'une région montagneuse d'Asie centrale, refuge de la branche la plus extrémiste des sales afistes, le duc finance, grâce aux gamasses que lui rapporte le trafic de girolles et d'eau de vie de prune, plusieurs camps d'entraînement d'apprentis kamikazes qu'il compte lancer, entre autres, sur la centrale atomique de Saillac.

Je demande donc solennellement à George W., dont l'expérience et à la sagacité ont montré en Irak de quoi il était capable en matière d'élimination du terrorisme, d'intervenir de toute urgence dans ce repaire de barbus. Pour faciliter le déploiement de ses marines, le colonel Zoldar a établi une carte précise du pays où se terrent les sbires du Duc. Il convient de l'étudier attentivement.

Le Cardinal de Marsa

 

Bourrelets

 

Les révélations de L'Express
L'hebdomadaire L'Express révèle dans son édition du jeudi 23 août que Paris Match a effacé un bourrelet disgracieux de Nicolas Sarkozy sur une photo de ses vacances à Wolfeboro, aux Etats-Unis, publiée dans l'édition du 9 août du magazine. Sur la photographie, le président est en train de pagayer avec son fils Louis, sur le lac de Wolfeboro, assis à l'arrière d'un canoë.
Interrogé par L'Express, Paris Match a affirmé que la position sur le bateau exagérait cette protubérance et qu'en allégeant les ombres, la correction a été exagérée en photogravure.

Le président français n’est pas le seul à prêter ses flancs à une critique aussi espiègle que chipoteuse. Burnaud d'Escouilles, notre ministre de l'Energie préféré, a fait aussi les frais de l’excès de zèle d’un obscur graphouilliste qui a passé un petit coup de photoshop pour améliorer l'image du grand homme en vacances. Mais peut-être s'agit-il d'une compensation pour le désagrément provoqué par ces paparazzi à l'affût des vacanciers gamassons de haut rang troublés dans leur tranquilité !
Avec ou sans poignées, reconnaissons tout de même un bel homme : “Je rêve de faire un calendrier. Etre beau ça aide avec les femmes, mais cela ne suffit pas” a-t-il déclaré au terme de la cérémonie qui le proclamait vainqueur à l’élection de “Monsieur Causse”.

Apparition transmigratoire
Le prasat Tabé, dont la restauration par anastylose va bientôt être entreprise par la Conservation des Monuments de la Gamassade, vient d'être l’objet d’un événement étonnant.

Consacré au dieu-roi Takakroirtabévarman - appelé aussi “le roi concupiscent” - comme l’attestent les inscriptions du piédroit du gopura gauche, cet édifice du VIIe siècle avait été répertorié par le missionnaire Taprun le Pieux qui avait relevé sa position du même nom sur l’inventaire archéologique sous le numéro 0405.

Ce temple attendait donc patiemment sa reconstruction jusqu’à ce que... après une de ces averses diluviennes d’août, l’étrange réincarnation hallucinatoire du dieu Takakroirtabévarman apparaisse dans la cella sous les traits de son avatar, le gourou Viagre de la Motte Boulbée, bien connu pour ses dons d’omniscience et d’imposition des doigts.

Cette vue essaie de reconstituer l’apparition de la légendaire divinité, désormais toujours accompagnée dans ses déplacements transmigratoires par un aigle bienveillant.


Boucle gamassonne 2007
l'Echo des Gamasses - 11 août 2007. Dépêche de notre correspondant permanent, Guy de Tournerol : J'y étais, j'ai tout vu !
Pour cette énième édition de leur "boustiffaillerie", moult Gamassons s'étaient rendus à l'invitation de leurs hôtes annuels : Accueillis par Lady Avale flanquée de son époux, aussitôt cornaqués par l'inénarrable Duc de Panier, les Gamassons se pressaient autour du plongeoir surplombant la piscine de sangria...

  On reconnaissait déjà le teint de pourpre cardinalice de Mgr de la Fosse, lutinant la divine Isabeau de Promme, cependant que Mel Taprun vacillant était épaulé par deux as du Maussade venus à sa rescousse : le Colonel Kojak, et son adjoint James Gougne, préposé pour un soir aux commandes de la "PME" (petit méchoui électrifié). Lud Van Dale (et sa batavia) rivalisait d'appétit avec le baron de Ringue, en présence de son Altesse notre Prince Jehan-Louys 1er, et sous l'oeil mutin de Jack X (khalife de Belregard). La collation fut expédiée sans chichis, avec l'aide d'un gouleyant "Cahors dégriffé" (dixit l'hôtesse d'accueil...). Les gueux se dispersèrent alors, sans façons et sous la voûte étoilée, pour regagner leurs chaumines enfumées.
" Qu'est-ce qu'on s'est mis, macarel !" soupira le Prince...

Le Maussade : nouvelle recrue

Les services secrets gamassons viennent de sélectionner un nouveau candidat : Shah Saint Guy, dit "Le Danseur", transfuge de la SAVAK, vient d'achever avec succès la période probatoire et a reçu ses armes lors d’une cérémonie symbolique à la prune. Il a appris à maîtriser les techniques d'action de l'unité : mutinerie de sangliers, neutralisation des jeunes filles aux paires, lutte antiterroriste, filature des petits hommes verts.
A la fin du stage, le candidat a reçu le symbole suprême de son appartenance à l'Armée des Sombres lors d'une cérémonie réunissant tous les éléments de l'unité : le brevet d'aptitude à la destruction massive.

(Voir le trombinoscope de "L'Armée des Sombres")

Page précédente

Page suivante