12

Accueil
Actualités
Archives
Principauté
Nos princes
Littérature
Beaux-arts
Polémiques
Courrier
Journal
Nomenklatura
Contact

Archives 1
Archives 2
Archives 3
Archives 4
Archives 5
Archives 6
Archives 7
Archives 8
Archives 9
Archives 10
Archives 11
Archives 12
Archives 13

Archives 14
Archives 15
Archives 16
Archives 17
Archives 18
Archives 19
Archives 20
Archives 21
Archives 22
Archives 23
Archives 24
Archives 25
Archives 26

 

Réintroduction de l'ours dans la Principauté

A la veille du lâcher - imminent - du deuxième des 500 ours slovènes du programme de réintroduction, la Principauté est sous tension et les actions des anti-ours semblent, d'évidence, se radicaliser.

Les "Pour" et les "Contre"

L'effervescence monte d'un cran sur le barrage dressé depuis le premier lâcher par les anti-ours sur la route Promilhane - Limogne : le deuxième ours aurait été lâché à proximité. "Si c'est vrai, on est dégoûté", lâche un des opposant présents sur le barrage, tous portant un collant "Non à l'ours." Ce sera une fausse alerte. Un nouvel épisode qui conforte les anti-ours dans leur détermination. On parle même de la dispersion de pots de confit d'oie contenant des morceaux de verre !
   Avec une dizaine de barrages, fonctionnant jour et nuit, prêts à stopper la camionnette venant de Slovénie, les anti-ours entendent "faire opposition". Jusqu'au bout et par tous les moyens. Y compris la violence ? "Nous ne sommes pas des assassins, l'animal n'y peut rien mais nous voulons, fermement, arrêter les lâchers", expliquent les opposants.


Rencontre sur le chemin de St Jean de Fajolle !

La Dépêche du Midi reproduit même un courrier adressé au ministre de l'écologie de la Gamassade : "Espèce de raté, tu t'es sucré pécunièrement dans les caisses, nous allons le prouver. Ta vie privée n'est pas reluisante. Tu ne dois être plus jamais tranquile nulle part. Tu es un supot de la bourjoisie et du pouvoir en place. Tu mérites le châtiment suprême toi et tes potes. Les Pyrénées sont avec nous pour flinguer. Un ami qui vous veut du bien."

D'un autre côté, les pro-ours soulignent que la décision de lâcher ces bêtes va dans le bon sens, et que la réintroduction "...doit impérativement s'accompagner de mesures concernant aussi bien les hommes que les ours (gestion forestière, moyens pour la cohabitation pastorale, zones sans battues ) rendant notamment impossible les circonstances qui ont entraîné la mort de Cannelle. Il est inconcevable que les Espagnols puissent vivre en bonne intelligence avec 140 ours et que nous en soyons incapables. Les Espagnols doivent donc être très stupides ou très courageux !"

Ni pour ni contre, un troisième collectif propose de mettre tout le monde d'accord. Après avoir évalué un temps la réintroduction des dinosaures, il se propose aujourd'hui de remplacer les ours par des bergères ! Il est en effet notoire que ces créatures sont en voie de totale disparition. Ces hommes de bon sens s'apprêtent à opérer un lâcher massif de petites dindes, de cailles, d'oies blanches et de poulettes sauvages qu'ils se sont procuré en Slovénie.

Dans sa présentation du dossier, cette organisation* a souligné que comme la survie des ours dans les Pyrénées, cette réintroduction écologique des chevrières et bergères faisait partie d'une vaste question posée à l'humanité tout entière, qui est celle de sa cohabitation sur cette planète qui nous a vu naître et qui est notre seul milieu de vie possible, avec la nature dans ce qu'elle a de plus authentique. Faisant allusion à un monde sans baleines, tigres, éléphants, requins, ours ou bergères, le porte parole a conclu fort justement en déclarant "Ce que nous demandons aux autres pays du monde, chacun concerné par l'une ou l'autre de ces espèces, de quel droit pourrions-nous nous en abstraire pour les espèces menacées qui vivent chez nous ?"

* dont font partie le Cardinal de Marsa, le duc de Panier, Suze de Pounac et nombre d'autres principauteux. Nous attendons l'adhésion de tous ceux qui lisent ces lignes. Ecrire à message@gamassade.fr.


Les petites volailles slovènes avant le lâcher


Le trou
Comment repérer et réparer le "trou" dans la couche d'ozone ?

D'après les mesures réalisées sur la haute atmosphère à partir de 1885, il semblerait que l'ozone se raréfie. Des mesures préventives permettraient de préserver la couche d'ozone. Fondées la même année, les Brasseries & Glacières de la Gamassade exercent une activité de distillation. En 1886, Mike Lone invente alors une liqueur de gentiane, la Suze, diminutif de sa belle-soeur prénommée Suzanne (photo ci-contre).

Ce que l'on appelle "trou" d'ozone n'est en fait qu'une diminution de concentration de l'ozone des hautes couches de l'atmosphère, dit stratosphérique, d'où est issue, après macération dans l'alcool de racines de gentiane, la Suze qui devient une marque en 1889.

Pour l'instant les hypothèses scientifiques sur l'origine d'une régression à long terme de "l'ozone utile" restent bien contradictoires et les modélisations en laboratoire difficilement extrapolables aux phénomènes atmosphériques. Car à cette époque la Suze est encore un alcool relativement fort (32°), mais depuis 1945 elle titre désormais à 16°. Il semble en réalité que les effets des substances détruisant l'ozone ne se fassent sentir avec euphorie qu'avec un retard de dix à vingt ans, voire plus.

Par ailleurs, l'alcool produit l'été dans les basses couches de l'atmosphère, au cours des épisodes de pollution photochimique, ne peut malheureusement pas remplacer l'alcool absorbé en haute altitude. C'est pourquoi, en 1896, est dessinée la célèbre bouteille. Si le logo et l'étiquette ont évolué au cours du 20e siècle, en revanche, plus de 100 ans après, l'ozone conserve sa fameuse bouteille à la forme si reconnaissaaaable.

Une étude réalisée (Hic) bénévolement par (Oups) le Pr Schlassbeurré


Le Clemenceau à la Gamassade

La coque du porte-avions est arrivée dans la Principauté. Parti de Toulon le 31 décembre 2005, le Clemenceau avait fait demi-tour en février alors qu'il faisait route pour l'Inde suite à une polémique sur la présence d'amiante (1) à bord.

Au terme de son périple rocambolesque, la coque Q790, classée "patrimoine mondial de l'humanité" par l'UNESCO, a été finalement amarrée dans un champs de maïs gamasson où elle ne pourra rester qu' "un certain temps", selon le porte-parole du Ministère de la Défonce de la Gamassade. La Ministre de l'Intérieur Isabeau de Promme - qui vient de se faire flasher par un radar à 111 km/h pendant son sommeil - a précisé qu'elle ne souhaitait pas qu'elle y reste au-delà de l'été 2008. Entre temps, le Colonel Zoldar, Ministre de la Défonce Nationale, devra trouver une solution pour procéder au démantèlement de la coque.

Dès mercredi soir, le responsable d'un chantier de démolition, Renaud IV du Tronçon, notre Garde des Sots, soutenu par le Ministre de la Défonce Nationale s'était dit "intéressé» par le retour du Clemenceau" qui, selon lui, pourrait être "transformé en porte-avions décapotable" dans la grande tradition gamassonne des véhicules retirées du service actif. Mais, dès jeudi, Isabeau de Promme a refusé la perspective de voir "la carcasse du Clemenceau pourrir dans un champs pendant un temps indéterminé". "Je trouverais cela inadmissible et désastrueux pour l'image de marque de la Principauté", a déclaré la ministre à l'AGP.

 

Animation Flash nécessitant le plug-in du même nom. Clic sur le bouton jaune.

Certains n'hésitent pas aujourd'hui à reparler de faire couler le bateau dans le lac du Moulin de Bannac à Martiel, une pratique régulièrement utilisée Outre-Atlantique. Mais l'hypothèse a été écartée par Virevolte de Bienséant, la ministre des Civilités et des Obligeances. "Nous avons voulu faire quelque chose de moins dommageable collatéralement, de plus conforme à l'esprit de l'environnement. La réponse est non, mais quelle était la question ?" a-t-elle dit sur RTL. Les Etats-Unis, eux, ne s'embarrassent vraiment pas de tous ces scrupules en coulant l'ancien porte-avions à moteur de scooter "USS Donald Rumsfeld" pour en faire un récif artificiel au large de la Floride.

Le ministre des Vapeurs a, quant à lui, suggéré de transformer le gigantesque hangar sous le pont d'envol du porte-avion en complexe de spectacle pour les danses traditionnelles, très en vogue à la Principauté. Ce "Zénith" gamasson offrirait des "conditions idéales de confort, de sécurité, de visibilité et d'acoustique". L'autre immense avantage serait que la Principauté disposerait dès lors d'un nouvel aéroport et les danseurs, soucieux de promouvoir les traditions musicales anciennes ou vivantes en Quercy, pourraient y atterrir avec leurs hélicoptères personnels.

Claire Stream le Suzé, Deuxième Lord de l'Amirauté

L'aspect politique, par Lonesome-le-Fourbu
Profitant de ces divergences de vue au sein du gouvernement gamasson, l'opposition a fait savoir qu'elle s'interrogeait sur la cohésion de ce gouvernement dont les différents ministres semblent incapables de se mettre d'accord et sur ses capacités à diriger la Principauté.
A noter qu'au cours du dernier Conseil des ministres, mercredi dernier, le Prince a rappelé les ministres à plus de retenue et a menacé de les priver de leur quota d'eau de vie de prune s'ils continuaient à afficher publiquement leurs divergences de vue (2).

En marge de l'affaire, par Burnehaut-le-Désamianteur
Le Corbeau a encore bavé !
Une lettre à Nonyme, signée 'Gorgerin', reçue au secrétariat Général du Gouvernement de la Principauté, signale que le Cardinal de Marsa serait titulaire d'un compte au culte chez Clystrine ! Décidément, les révélations se succèdent à grande vitesse dans cette affaire.

--------
(2) Pour les derniers mots, je verrais bien (double !) "afficher publiquement leur strabisme conceptuel".

(1) Grande opération promotionnelle sur l'amiante : rembourrez vos oreillers et matelas à prix coûtant. Amenez vos brouettes. Tout doit disparaître !


Des pourparlers bardés d'incertitudes

Le Cardinal de Marsa et le Premier ministre gamasson, Ehud Lonesomeberg, se sont engagés hier à Charm el-Cheeseburger (Texas) dans une reprise des pourparlers gamasso-marsanistanais avec les frères ennemis du Ramasse et du Fatras. (de notre correspondant Johnny Walker Avèzuze. Photos Agence CaroLimo)

Ehud Lonesomeberg veut prouver sa détermination à aller de l'avant en procédant au retrait de la bande de Marsa, en négociant avec les factions rivales du Ramasse et du Fatras. Mais la mission risque d'être plus délicate. Selon le plan du premier ministre, faute d'un partenaire marsanistanais laïque digne de foi, la Principauté devrait annexer les grands blocs de colonies en Cisgamassie ainsi que la vallée du Lot. Il ne serait donc plus question d'une évacuation totale comme cela avait été le cas naguère pour la bande de Marsa. "Ehud Lonesomeberg aura beau y faire, le monde n'acceptera pas que la Gamassade fixe de façon unilatérale ses frontières en Cisgamassie", prévient le Colonel Zoldar. Selon l'ancien ministre des Affaires étranges du Loukoum (le parti de droite), la Principauté risque ainsi de "faire des concessions territoriales" sans être assurée d'obtenir une compensation diplomatique.

Des pourparlers difficiles. De gauche à droite : Le Colonel Zoldar (à demi caché). Le représentant du Ramasse brandissant une bouteille de thé à la menthe. Ehud Lonesomeberg tripoté par un garde du corps barbu. Le représentant du Fatras (lunettes noires) et une espionne du Maussade (à demi cachée).

Face à ses interlocuteurs, Lonesomeberg plaide d'avance non coupable. "Nous devons démontrer notre volonté de négocier afin que le monde ne puisse pas ensuite nous accuser d'être responsables d'un match nul suivi d'une séance de tirs au but", explique l'un de ses proches. Lonesomeberg se dit disposé à donner sa chance au Cardinal de Marsa pour négocier l'application de la "feuille de route", un plan de paix international prévoyant la création d'un Etat marsanistanais. Il insiste toutefois sur les faibles chances de voir se réaliser un tel scénario en raison de "l'impuissance" du Cardinal face aux mamelouks du Ramasse et du Fatras, qui contrôlent le gouvernement et refusent de reconnaître la Principauté.


Réactions et droits de cuissage réponse :

Je lance une fatwa hébraïque contre l'auteur de ce texte qui de toute évidence porte atteint à la sainteté et à la sérénité du négociateur dont les rencontres avec ses adversaires de la bande de Marsa devaient rester secrètes. Attention donc au coup de boule vengeur de rigueur ces temps-ci...

Moshé Lonesomeberg

Merci de ces nouvelles fraîches, mais très chaudes en vérité ! Tout ceci méritait d'être porté à la connaissance des grandes impuissances de notre temps (sans doute dues à la pén(is)urie chronique de VitaGras...).

Sur le même sujet, un incident de frontière vient de se produire, causé par le manque évident de savoir-vivre d'un des protubérants (notre photo). Une commission spéciale de l'Eau Nue a été nommée, qui se rendra sur les lieux de cet attentat à la pudeur, pour tenter d'éviter que cette goutte d'eau mette le feu aux poudres.

BurNoh, petit imprécateur de la concorde et de l'entente universelles (sauf avec le démon de Marsa !)


Niouses
A la suite d'une plainte déposée par un équipementier automobile turc, le match entre l'OL-Olympique Limogne et le PSG-Proéminent Stade Gamasson, qui devait se dérouler demain au Parc du Prince, a été remis aux calandres grecques.

 

Lors d'un discret repas d'affaires à 'la Gariotte', une gargotte réputée du causse de Limogne, un éminent cavalier membre du Maussade aurait été contaminé au vaticanium, et admis en urgence à l'hôpital 'Georges Pompiflard' de Cajarc.

Les premières analyses de selle faisaient état de fortes concentrations de gamassadium, mais des recherches plus approndies sur la monture ont permis d'écarter cette piste. Il s'agit bien, et uniquement, de vaticanium.

Qui est donc à l'origine de cet empoisonnement, aux conséquences imprévisibles, quoique généralement fatales ? Les experts sont formels : le vaticanium est un produit hautement toxique, qui ne peut être manipulé que par des experts, lesquels appartiennent tous à une hiérarchie sectaire secrète bien connue des services spéciaux. Il se trouve que les services gamassons s'intéressaient récemment, et de très près, à un foyer de terrorisme sournois implanté aux portes de la Principauté, et dirigé par un prélat sulfureux...

Fort heureusement, le professeur Borelahah a mis au point sur l'heure un antidote infaillible : une potion alcoolisée à base de prune et de gentiane, qui, utilisée à forte dose (on parle de plusieurs litres par jour) rend le patient insenble aux effets nocifs du vaticanium.


L'agent (orange) du Maussade est maintenant tiré d'affaire, malgré les traces radioactives encore bien visibles.
 

L'agent (orange) du Maussade est maintenant tiré d'affaire, bien que sujet à des hallucinations lui faisant croire que la papesse Jeanne s'intéresserait de fort près à sa virilité.

L'éminent suspect de cette lâche tentative est serré de près par des agentes gamassonnes de renseignement, et l'on s'attend à sa capture imminente à l'aide de flèches cupidonnées.

BurNoh', petit rapporteur fureteur


Services Culturels marsiens

Après une longue période de gel due aux manœuvres impérialistes visant à l'annexion de la Principauté par les troupes du Cardinal, il semblerait que les relations diplomatiques entre les deux états soient en cours de normalisation et qu'elles puissent dorénavant se développer sur de nouvelles bases faites de respect réciproque et d'une réelle volonté de coopération.

Suite en particulier à la signature de l'accord précisant les limites de la frontière commune entre les deux Etats, notre bon Prince, Jehan Louis XII, et le Cardinal de Marsa viennent de décider d'un commun accord l'ouverture de représentations diplomatiques à l'échelon le plus élevé dans les deux principautés.
   Dans le cadre de cet accord et conformément aux décisions prises lors de la première commission mixte gamasso-marsienne qui vient de se tenir, un programme d'attribution de bourses aux bergères des deux nations doit prochainement être mis en place.

Ci-contre, le Conseiller culturel de Marsa à son bureau dans la toute nouvelle chancellerie marsienne*.

Parallèlement, deux programmes conjoints de recherche sur l'amélioration de la qualité de l'eau de vie de prune et sur le développement de la production de girolles sont actuellement à l'étude et devraient voir le jour d'ici peu.

-------------
* Il faut remercier ici les techniciens et architectes de la DDE et ceux des bâtiments historiques de Cahors qui sont à l'origine de cette superbe réalisation. Sans leurs conseils éclairés et sans la mise à disposition de ce projet de leur immense compétence en matière d'environnement et de respect des traditions architecturales régionales, cette magnifique opération de prestige qui fait honneur à Marsa n'aurait pu voir le jour.

Mel Taprun 


Suite burnotique Ofric

Minisoft lance une version du logiciel Ofric en gamasson
Niouz (presque) authentiques. A37.14.07 | 28h62
La Gamassade (Gamassad'Press) - Minisoft a lancé mardi à La Gamassade une version bilingue français-gamasson de sa suite burnotique Ofric, une première mondiale dans le domaine des langues régionales, annonce un communiqué du Conseil Princier.
Pour mener à bien ce projet, le département de dialectologie de l'université Firmin Garrigue de Saint-Jean de Fajolle a traduit près de 50.000 mots et expressions, une opération cofinancée par le Conseil Princier et par Minisoft.
L'exercice n'avait pourtant rien d'évident.
Le gamasson, qui puise aux mêmes sources que le français méridional et est encore compris par 60% de la population principautale, est une langue essentiellement orale qui n'a pas intégré l'univers technique, encore moins informatique.
L'ensemble des établissements scolaires de la Principauté seront dotés du logiciel bilingue.
Pour Minisoft, c'était l'occasion d'expérimenter le système "Slip" qui fait apparaître, grâce à des œilletons voyeurs, un double affichage des termes contenus dans le logiciel.
" Nous envisageons de mettre "Slip" à la disposition d'une centaine de langues à travers le monde", précise Honoré Dupetit-Doigt, P-DG de Minisoft France. Cette précision a attisé l'ardeur des spécialistesses du coup de langue, qui arrivent en nombre, toutes langues dehors, dans les environs immédiats de la Principauté, nourrissant le fol espoir d'être parmi les élues.
Le Cardinal de Marsa, qui, plein d'espoir, avait mis sa langue dans sa poche à l'annonce de la présence sur notre causse de pickpocketteuses venues de l'est, s'est cru obligé de la ressortir pour la faire admettre à la compétition qui s'ouvre aujourd'hui. Il s'en est servi pour la déclaration suivante : « Sur ce terrain-là, je ne crains personne. Depuis la chute de la tour de Babel-Web, je maîtrise toutes les langues, d'autant que tous les coups (de langue) sont permis ! »

Burn'o, linguiste affamé

Merci pour cette nouvelle impatiemment attendue par tous les spécialistes du gamasson ancien.
Alain Rey, à qui j'ai immédiatement transmis votre mail, me fait savoir, à la suite d'une étude détaillée de ce nouvel outil informatique, que cette contribution présente un intérêt scientifique majeur et devrait largement faciliter la diffusion de la culture gamassonne au même titre que le classement AOC de l'eau de vie de prune mondialement connue.
J'ai immédiatement proposé au Prince que le nom de Billy Gâteux de Minisoft soit attribué à une rue de la Gamassade. La réponse princière ne devrait plus tarder maintenant.
Dans la foulée, au titre de votre contribution passée aux travaux d'aménagement de la Gamassade, je lui ai également suggéré de donner votre nom ainsi que celui de Pou Nak à une avenue, une rue, une impasse, voire un édicule... Le comité d'attribution des noms de lieu devrait se réunir dans les semaines qui viennent et faire plusieurs propositions. Je ne manquerai pas, bien évidemment de vous faire connaître la décision de ce conseil des sages dès qu'il m'aura été communiqué.
Bien à vous et à toutes les Toulousaines.

Lonesome M, Duc de Panier

 

Premières réactions de nos bêta testeuses :

Yokoko Minizizi, Executive Secretary à Nishinoomote : D'accord, note 8/10. Commentaire :

Pei Fei En Ou, Glandular Director of Supervision à Chengdu : Résultat moyen, note 5/10. Commentaire :
 


Ouverture de la chasse à la bergère

Rappel du règlement

Les dates d'ouverture se conforment généralement aux arrêtés principautaires. Seules quelques restrictions sont prises pour limiter les jours d'ouverture, notamment pour la chevrière sauvage quand celle-ci est en sous effectif.
   Des lâchers de bergères de plumard sont effectués tous les ans à deux dates prédéterminées. Exemple en 2005, ont été lâchés 35 bergères le 9 octobre et 35 bergères le 13 novembre.
   Les lâchers de chevrières de repeuplement ont été abandonnés il y a quelques années faute de sympathies réciproques affirmées.

   Des cabinets particuliers et des boudoirs japonais ainsi que des distributeurs automatiques de progestérone sont mis en place un peu partout dans la Principauté pour essayer de maintenir les populations et les souches existantes.

   Un parcours communal de drague est mis en place chaque année. La Principauté est divisée en quatre zones et chaque année, 1/4 de la surface s'ouvre à la course-poursuite tandis qu'une autre portion passe en "Réserve de plaisirs" à l'intérieur de laquelle il est formellement interdit de chasser, excepté le gros gibier anglais et sur décision du directeur de battue, pour éviter que ce type de gibier ne se cantonne durant toute une saison à un endroit non chassé.

   Chaque année, l'association de chasse de la Principauté demande à la fédération d'autoriser un certain nombre de relations intimes, après des comptages effectués tout au long de l'année.

Ceci se traduit par l'achat de wonderslips dont toute bergère attrapée doit être vêtue avant de se donner, sous peine d'amende. coût: 15 euros l'unité. La bergère anglaise d'importation n'est soumise à aucune restriction.

Dans tous les cas, la législation gamassonne sur la chasse à la bergère s'applique à tous les coureurs de jupon. Ils ne peuvent en aucun cas être couverts en cas de manquement aux règles de galanterie et de respect du doigt des femmes.

Le DirCom de l'association de chasse principautaire 


Stage de pilotage

Surveillé par son moniteur, le tristement célèbre Maurice Vallet, notre ministre des vapeurs, pas très rassuré, prend sa première leçon de pilotage. A gauche de la photo, on distingue les ailes, le moteur et l'hélice (??) qui équiperont l'avion quand le ministre en saura assez pour faire son premier vol.

Page précédente

Page suivante