10

Accueil
Actualités
Archives
Principauté
Nos princes
Littérature
Beaux-arts
Polémiques
Courrier
Journal
Nomenklatura
Contact

Archives 1
Archives 2
Archives 3
Archives 4
Archives 5
Archives 6
Archives 7
Archives 8
Archives 9
Archives 10
Archives 11
Archives 12
Archives 13

Archives 14
Archives 15
Archives 16
Archives 17
Archives 18
Archives 19
Archives 20
Archives 21
Archives 22
Archives 23
Archives 24
Archives 25
Archives 26

 

Le prince Jehan-Louy serait une créature virtuelle !

Le bruit courait depuis un certain temps, mais peu y croyaient : notre bien-aimé prince serait une pure création en 3D et n'aurait aucune existence réelle. Cette oeuvre géniale, bien qu'encore pas tout à fait au point, est l'aboutissement de milliers d'années/homme de travail effectuées par un cluster (un assemblage) de 40 super-ordinateurs 256 bits refroidis à l'eau de source miraculeuse et calculant en parallèle avec une puissance de 18 teraflops DIN à 9600 tours/minute. Ces machines, utilisées naguère pour télécharger des fichiers musicaux MP3, ont pu être rachetées un bon prix par le Ministère gamasson de la Recherche.

Ce premier résultat, que vous pouvez croiser tous les jours en particulier en période d'ouverture de la chasse, est en tout point satisfaisant.

Penelope Suze, Tête chercheuse au MIT

Les calculs préliminaires
La créature virtuelle en cours de réalisation
On dirait un vrai. Le Duc de Panier pose en compagnie du droïde pour donner l'échelle.

Les premiers prototypes plus ou moins ratés ont été abandonnés à la suite de tuiles qui dépassaient du bouclier thermique pelvien et de dysfonctionnements affectifs. De gauche à droite Musclor V1, Bidox V2, Burnix V3 Cardinox V4.


Coup dur pour les barons de la prune du cartel de Saillac

Descente de la Brigade anti-narcotiques à La Gamassade...
Une dépêche AFP de ce jour nous communique l'info suivante :

Alertée par un agent introduit subrepticement dans la place, la Brigade anti-narcotiques (BAN) a effectué ce matin un raid sur la Principauté de la Gamassade au lieu dit le Panier, pour y surprendre le triste sire Lonesome Escobar en flagrant délit de distillation d'un narcoleptique ultra puissant, surnommé dans les milieux autorisés "le Bizarre", et qui ne serait rien d'autre qu'un distillat de prune locale ("la Taprune") et de sciure de bois, deux ingrédients particulièrement abondants dans la Principauté. Les photos jointes, prises au moyen d'une caméra installée discrètement sur les lieux par cet agent, raconte ces hauts faits qui ont vu l'arrestation du sieur Lonesome Escobar de Panier échouer de très peu, ce dernier ayant réussi à s'enfuir sur sa pouliche et maîtresse préférée.

Photo N°1. Le chef de la BAN, reconnaissable à sa tenue camouflée, donne lui même la charge du Panier à bord de son command car.

Sans nouvelles de son agent double, la BAN soupçonne ce dernier de s'être fait acheter par le sire du Panier ; aux dernières nouvelles, cet agent aurait été aperçu fuyant au volant d'une puissante Béhème, fruit probable de la transaction ayant abouti à la fuite in extremis du triste Lonesome Escobar.

Photo N°2. On reconnaît le triste Lonesome Escobar se débarrassant à la hâte de son stock de distillat illicite.
Photo N°3. Le même se préparant à fuir et dissimulant le bénéfice de son commerce douteux dans le sabot arrière gauche de sa complice sous l'oeil vigilant de l'une des gardes du Trésor Gamasson.

De notre correspondant à éclipse le Pr. Borelahah


M. le Professeur Borelahah, je demande aux consulats gamassons à l'étranger de vous refuser toute demande ultérieure de visa pour la Principauté... Au lieu d'espionner ces pauvres Gamassons qui triment jour et nuit pour joindre les deux bouts, vous feriez mieux de vous pencher sur les activités illicites du Cardinal de Marsa.

Lonesome Escobar M.


La centrale nucléaire de Marsa

Selon les dernières informations recueillies par les services de renseignements gamassons, il semblerait que l'infâme Cardinal de Marsa soit en train de tout mettre en œuvre pour doter son pays de l'arme nucléaire.

Pour réaliser ce dessein, il aurait demandé dans le plus grand secret l'assistance de l'Iran, de la Corée du nord et de la fédération de Russie - nations peu regardantes on le sait sur le devenir des centrales qu'elles remettent à leurs acheteurs - pour qu'une usine destinée à la production d'eau lourde soit bâtie sur le territoire même de Marsa.

Un tel projet, bien que mené en toute discrétion, pouvait difficilement échapper aux limiers gamassons, en alerte permanente et dont certains agents, déguisés en autostoppeuses suédoises ou en masseuses thaïlandaises ont pu, au péril de leur chasteté, s'introduire au domicile du Cardinal et prendre ces photos que nous joignons au dossier pour l'édification des foules.

Une plainte a été immédiatement déposée auprès du Conseil de sécurité de l'ONU par notre bon Prince, plainte qui serait actuellement bloquée par le veto des Russes qui, d'une façon paradoxalement peu orthodoxe, refusent de condamner les agissements du Cardinal.

Selon une espionne gamassone qui a su, par on ne sait quel procédé, recueillir certaines confidences sur l'oreiller du Cardinal, il semblerait que ce soit la seule jalousie qui ait conduit ce dernier à se lancer dans cette folle entreprise. On se souvient en effet, qu'en décembre 2004 un accord de coopération unique en son genre avait été signé entre la Principauté et la Commune de Saillac pour la construction d'une centrale nucléaire sur les terres du Comte de Guilhem de façon à assurer aux Gamassons leur autonomie en ce qui concerne leur consommation d'eau lourde de prune. L'Infâme Cardinal avait alors tout fait pour que cet accord de coopération exemplaire, auquel il n'avait bien évidemment pas été associé, soit déclaré nul.

Devant ce nouveau danger de prolifération nucléaire une réunion de crise regroupant tous les chefs de gouvernement de la région s'est immédiatement tenue à Fontanes à l'initiative de l'ingénieur en chef Alain Baygounat qui a fait savoir, lors des réunions de travail, que si cette opération devait être menée à son terme, elle risquait de déstabiliser pour de longues années le cours de l'eau de vie de prune et entraîner une déstabilisation de toute la région. Il a souligné toutefois, à l'immense soulagement des participants que ce projet machiavélique avait de grandes chances de se transformer rapidement en échec cuisant, les compétences du Cardinal en matière de production d'eau lourde de prune ne dépassant guère le niveau du cours préparatoire.

Ci-joint pour illustrer ce qui précède et servir de preuve si besoin en est, les photos transmises par les services de renseignements de la Principauté montrant le coeur de la centrale ainsi que deux savants atomistes d'origine asiatique semble-t-il, revêtus pour la circonstance de leurs tenues anti-radiations, en train de procéder au chargement du combustible nucléaire.

Mariah Carrée du Panier, en contrat de qualification au MI5

Malgré tous les soins apportés par les techniciens nord-coréens qui ont collaboré à la construction de cette centrale nucléaire pour que le projet reste secret, les agents de la DGSE gamassonne ont réussi à prendre une photo du coeur de la centrale juste avant son chargement en combustible radioactif.

 

Dis-moi le combustible radioactif il est au chlore ou au sel ? Apluche.

Thierry

Merci de cette question qui pose bien le problème. Il semblerait que le Cardinal ait voulu nous faire croire qu'il était en mesure de fabriquer une centrale nucléaire comme tout un chacun et que ce soit seulement une installation de piscine qui aurait été photographiée.
   De deux choses l'une : ou le Cardinal est une vraie cloche qui prend les vessies pour des lanternes et un système de filtre de piscine pour une centrale nucléaire, ou il est encore plus sournois que ce que nous pensions, et il a voulu nous abuser et détourner l'attention des services de renseignements de la Gamassade. Je demande qu'une enquête soit immédiatement conduite pour tirer tout ceci au clair.

Mariah Carrée du Panier


Crash aériens : réaction de la Principauté

Toulouse. L'Airbus A380 peint aux couleurs des deux états entame ses essais de roulage.

Face à l'avalanche désastreuse de crash aériens et devant la pénurie d'avion encore aptes à voler avec fiabilité, une cellule de crise a été mise sur pied à la Surintendance des Transports de la Principauté. Après une remarquable nuit de brain storming à la prune, la Principauté de la Gamassade et sa voisine d'outre Lot, la France, ont décidé d'un commun accord de commander à EADS un Airbus A380 qui sera exploité en collocation par les deux états.

Les exigences de sécurité de cette version spéciale ont été poussées à bout avec l'installation d'équipements uniques : 18 boîtes noires au lieu de deux, des airbags à la place des ceintures de sécurité pour l'étage français et une cage anti-versement en chêne ciré pour l'étage gamasson, le nom des passagers et leur groupe sanguin gravés sur la carrosserie, des alcootests gratuits pour les pilotes, des hôtesse de l'air ex-nageuses est-allemandes et un kit pour chaque passager contenant une bouée gonflable, une fusée de détresse, un sifflet et une barre chocolatée kashère.

Ces perfectionnements ont été introduits grâce à l'expérience de nos collègues et néanmoins amis Burnaud d'Escouilles et Lady Dioxine, tous deux spécialistes reconnus des crash aériens.

Après la signature de l'accord, les représentants des deux Etats, le surintendant à l'Aviation gamassonne Maurice Vallet et l'envoyé du Président Jacques Schreck, le Kronprinz Sarkosi, se sont félicité mutuellement en se frottant le nez avec exaltation et en échangeant leurs stylos. Ils espèrent que les futurs passagers pourront ainsi conserver leur intégrité autant que possible jusqu'à la fin de chaque voyage. Ils escomptent aussi des économies sur les frais d'aide psychologique aux familles de disparus. "Il ne faudrait pas que la déréglementation du marché de l'air qui tire vers le bas les prix serve d'échappatoire commode à la fiabilité du transport aérien. Bien sûr je ne considère pas ici le tourisme sexuel" a conclu notre représentant.

Houphouët de Suze, DirCom d'Air Vallet


Attaque d'un kamikaze d'Al Khaïda

De notre correspondant particulier.

Dans le cadre de son programme de déstabilisation de la démocratie gamassone, Al Khaïda vient de procéder à une attaque en règle des fonctionnaires de la Principauté.

Profitant d'une réunion du Conseil de Sécurité à Marsa, réunion destinée à programmer la prochaine campagne de distillation d'eau de vie de prune, un commando de frelons s'est sournoisement attaqué à l'un des membres de cette docte assemblée.

Grâce à l'intervention rapide des pompiers et à la mise en oeuvre d'une nouvelle technique qui consiste, en l'absence de chalumeau, à faire cuire le venin injecté à l'aide de la flamme d'une bougie, le Duc de Panier a eu la vie sauve.

On peut voir sur les documents ci joints les diverses phases de l'opération. On notera en particulier l'extraordinaire courage de la victime qui à aucun moment n'a laissé échappé la moindre plainte, l'ingestion de cassoulet servi en amuse-gueule juste avant l'attaque du kamikase l'ayant aidé à monopoliser toutes ses réserves d'énergie.

PS : dernières nouvelles : le frelon, chef du commando, vient de faire des révélations dans la presse people. Il aurait été recruté par l'Infâme Cardinal de Marsa.


Piratage

La police a arraisonné mercredi matin le navire de la SNCM (Société Nationale des Canonnières du Mékong) détourné la veille par des marins CGT (Confédération Gamassonne du Travail) de la compagnie.

   De notre envoyé spécial Escartefigue de Suze

Ce bateau, l'Amiral Jossinet, avait été piraté hier par son équipage dans le port de Toulonjac et avait pris le large sur l'Aveyron. Malheureusement, il s'échouait peu après sur un des haut-fonds sournois des rapides du fleuve. Il semblerait que l'homme de barre, un certain Bob, soit coutumier du fait si l'on en juge par le nombre de poteaux téléphoniques pliés dans la région.
   Sur cette photo, un hélicoptères Puma se positionne en vol stationnaire au-dessus du navire tandis que les silhouettes des commandos héliportés du GIGN (Groupe d'Intervention Gamasson Naval) descendent le long des filins.
   Un témoin raconte : "Quand les commandos sont arrivés, les marins ont applaudi avant d'être tous menottés d'importance puis mis aux fers au pain et à l'eau dans les cales du navire. L'intervention s'est passée calmement sauf pour un des commandos qui, en tombant de l'hélicoptère, a fait un faux plat sur le pont."


Page people
(en gamasson : carnet mondain)

 

Carnet mondain
(en français : pipole)

Nouvelles du Tout-Gamassade
par notre grosniqueur mondain : Suze Bern (hic)

ah !

 

oh !

- Sous les feux roulants des papparazzes, Bougre d'Amaury de Sainte Barbe s'est uni cet été par les sacrés liens du mariage à l'élue de son coeur. La rédaction souhaite tout le bonheur possible à cette convolution en justes noces.

- En compagnie de sa petite soeur, la princesse Caroline de Panier a quitté nos rivages pour s'épanouir dans la ville de Romulus, Remus et Berlusconus au bras d'un nouveau cavaliere servant à qui elle fait subir les derniers outrages domestiques.

bien !

 

 

 

Ein
Zwei

- Cet été, en bon samaritain, le Duc de Panier a accueilli dans son gîte ducal la famille de M. Epulu N'Kurumba avec ses trois épouses émasculées et leurs 37 enfants.

Oups

- Zombie du Joyestique, le rejeton cadet du trop fameux Burnaud d'Escouilles, vient de s'enrôler à la Grande Armée. Il a été très affecté au 3e RDLE (Recherche et développement de la Legionellose Etrangère).

- La fine fleur des arts & lettres de la Principauté s'est retrouvée pour gravir les marches du Palais des festivaux sans s'empêtrer dans le tapis rouge à l'occasion du Festival international du Film de téléphone portable de Concots.

- Le Pr Tazot a, lui aussi, quitté nos rivages inhospitaliers pour aller s'établir avec armes et bagages au Siam où il reprend ses chères études sur les pratiques extravagantes du bouddhisme agricole.

La dauphine Preste de Gordini a réussi son bac SP (sapeur pompier) avec succès. De nombreuses autres princesses poursuivent leurs études avec plus ou moins d'acharnement : Tabata de Baygon, Stéphanie d'Escouilles, Gracile de Sagasse, Amble Yearling de Prjevalski...

Où ?


- Ce magazine est sans nouvelle des pipoles suivants : Ysa de la Fosse de Marsa, Thida von Lalao, Maurice Vallet (le PDG d'Air Vallet), Gonze de la Case, See-U Soon d'Aewoo, Renaud IV Torpédo du Tronçon, Ollakia Pâlefeu Degrauppe-Houmond, le Révérend Père Viagre de la Motte Boulbée, James Ray Fairtafaith... Ils et elles sont prié(e)s de se manifester.


Déchets

Actuellement se tiennent à La Baule, ville charmante chère à notre coeur, les "Assises des Déchets".

Les participants ont eu la surprise de voir s'asseoir dans le public le Cardinal de Marsa, dont personne n'attendait la venue, et qui pose un grave problème aux organisateurs : faut-il l'admettre au titre de participant ? d'auditeur ? ou plutôt de déchet ?
Il semble que la dernière hypothèse soit actuellement privilégiée.

Burno'h,
éboueur de synthèse, préposé au grand ménage d'automne


Délocalisations

Le Conseil des Sages de la Principauté publie aujourd'hui, Chardi 34 Fiprout 2005, une déclaration fracassante sur la politique de la Principauté en matière de délocalisations. C'est un OUI euro et massif !

L'argumentation, à la fois juridick, écologicle, kulturelle et philosopheuse, se conclut par un slogan urgent et percutant : Délocalisons au Portugal les inondations d'Autriche !

Cette initiative hardie, bien dans le style de notre bien-aimé souverain, ne manquera pas de faire Plouf dans l'opinion pubique européenne. Espérons que l'effet en sera profond et rapide, car, comme le proclame le vieux dicton gamasson, mieux vaut avoir l'air sans l'effet que l'effet sans l'air !

Dino Zor d'Escouye, observateur politique retraité
et Sigmund Pougnac, Barbouilling Consulting pour le montage

Pour illustrer les trésors d'ingéniosité déployés par nos savants afin de mettre en oeuvre cette délocalisation au Portugal des inondations d'Autriche, nous vous soumettons cette vue synthétique de la coopération européenne.

Nous engageons nos pitoyables amis Américains à suivre ce bon exemple de la vieille Europe en couplant La Nouvelle Orléans et la Louisiane à la Californie.

Page précédente

Page suivante